product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
DISPONIBLE
product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
DISPONIBLE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
DISPONIBLE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
DISPONIBLE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
EPUISÉ
product product
PRÉCOMMANDE
product product
PRÉCOMMANDE
product product
DISPONIBLE
product product
HORS-STOCK

Transformers, les robots géants

Difficile de le croire à l’époque des jouets franchisés à gogo, mais les Transformers ont commencé leur carrière sous forme de jouets japonais, des véhicules se transformant en robots. Produits par Takara Tomy (Japon) et Hasbro (USA) dans les années 1980, ces jouets connurent un grand succès et il fut rapidement décidé de donner des histoires à Optimus Prime, Bumblebee et Megatron.

Du jouet à l’écran

Dès le lancement des jouets créés par le designer japonais Shoji Kawamori, des scénaristes (Jim Shooter et Denny O’Neill) reçurent pour mission de créer un univers dans lequel évolueraient les transformers. Ceux-ci se virent divisés en deux factions ennemies, les gentils Autobots et les méchants Decepticons. Ils sont originaires de la planète Cybertron.

En anglais, Decepticon vient du mot « deception », qui est un faux-ami en français. Ce mot signifie tromperie, duperie, et c’est bien ce que font les Decepticons pour arriver à leurs fins… bien qu’ils adorent lancer des batailles frontales titanesques.

La planète Cybertron est en réalité le corps de Primus, le créateur des Transformers. Elle a la forme d’une planète-machine géante, avec des villes sans fin, et se retrouve souvent au cœur des conflits entre Autobots et Decepticons.

Des comics Marvel furent également consacrés aux Transformers, mais c’est sur le petit écran qu’ils connurent leur premier grand succès. Une série animée de 98 épisodes de 25 minutes fut produite par Marvel et Sunbow Productions, réalisée par Nelson Shin, et diffusée à partir de 1985. Elle connut des suites diverses.

Beast Wars divise les fans

En 1995, après le succès de la seconde série intitulée « Transformers Generation 2 », une série en images de synthèse fit son apparition, Beast Wars. Dans cette série, les descendants des Autobots et des Decepticons, respectivement les Maximals et les Predacons, voyagent dans le temps accidentellement et se retrouvent sur une Terre préhistorique. Sur place, ils doivent se transformer en animaux pour survivre. Le leader Maximal, Optimus Primal, se transforme en gorille, tandis que Megatron devient un tyrannosaure…

Les fans de l’époque rejetèrent massivement cette série, mais peu à peu se mirent à en reconnaître les qualités, notamment le développement des personnages.

Le grand écran de Michael Bay

De nos jours, nous connaissons surtout la version cinématographique live-action initiée en 2007 par Michael Bay, le réalisateur spectaculaire de « Bad Boys », « The Rock » et « Armageddon ».

Dans cette version de l’univers Transformers, la planète Cybertron a été ravagée par la guerre, et la source de toute vie cyrbertronienne, la « AllSpark », s’est retrouvée sur Terre. La poursuivant pour prendre son pouvoir, Megatron s’est écrasé sur Terre et est resté congelé, jusqu’à ce que des humains le trouvent.

Le film rencontra un grand succès grâce au talent comique se Shia LaBeouf, incarnant Sam Witwicky, son personnage principal. On y retrouve aussi le toujours désopilant John Turturro.

De nombreuses suites furent réalisées, comme Revenge of the Fallen, Dark of the Moon, Age of Extinction et The Last Knight. Malheureusement la qualité du premier film ne fut jamais retrouvée dans ses suites et la saga se mit à perdre des millions au box office, malgré la participation d’acteurs célèbres comme Ron Perlman, Peter Dinklage.

Une spin-off prequel fut également sortie en 2018, intitulée Bumblebee, du nom du personnage principal. La jeune Haylee Steinfeld y tient le rôle principal, aux côtés de John Cena, superstar du catch américain.

Cette prequel reçut une suite en 2023, Rise of the Beasts. Comme l’indique le titre, il s’agit notamment de croiser l’histoire de Bumblebee avec celle des « Beasts », les Maximals et leurs ennemis les Terrorcrons. Le chanteur Anthony Ramos y joue le rôle principal aux côtés de l’actrice Dominique Fishback.

Personnages principaux

Optimus Prime : le leader des Autobots, toujours droit et courageux.

Optimus Primal : le leader des Maximals, il hérite des traits de caractère de Prime mais avec des nuances beaucoup plus intéressantes. Il est plus sceptique, impulsif, pragmatique et a tendance à briser les règles pour parvenir à ses fins.

Megatron : le leader des Decepticons, avide de pouvoir et empli de haine

Galvatron : leader des Decepticons, il s’agit en réalité de la réincarnation de Megatron

Bumblebee : un des Autobots les plus populaires, il se transforme en Volkswagen Beetle jaune dans les histoires originelles, avant de devenir une Chevrolet Camaro dans les films live-action. Son nom signifie bourdon en français, et il est populaire car il est considéré comme le « petit frère » des Autobots et cherche toujours à prouver sa valeur.

Unicron : un robot aussi grand qu’une planète, mangeur de mondes, son sang est de l’energon noir capable de ressusciter des Transformers. Il serait le jumeau de Primus (Cybertron).

Starscream : avec un nom génial, il représente parfaitement le Decepticon type. C’est un traître manipulateur compulsif, allié puissant de Megatron, mais dont ce dernier doit toujours se méfier.